par Ingenious
04 Oct 2017
Winnipeg, Manitoba
Petite plante à flux jaune
Courtoisie du Conseil national de recherches du Canada

La meilleure huile de cuisson

La survie de générations d’agriculteurs canadiens a longtemps reposé sur le colza. L’huile produite à partir de cette plante aux fleurs jaunes de la famille de la moutarde servait à la lubrification de tous les moteurs à vapeur du monde. Mais quand le diesel remplaça la vapeur, la demande pour le colza dégringola, tout comme le revenu de nombreuses exploitations agricoles canadiennes. Baldur Stefansson et Keith Downey trouvèrent une autre utilité à cette huile. En 1974, les deux scientifiques agricoles de l’Université du Manitoba menèrent une série d’expériences de croisement sur des plants de colza, jusqu’à la création d’une version contenant peu d’acide érucique et d’acide eicoséïque, deux acides qui en faisaient une huile parfaite pour la lubrification mais peu appropriée à la cuisson. Ils nommèrent leur nouvelle plante « canola ». L’huile tirée de cette plante hybride avait une valeur nutritive plus élevée et contenait moins de gras trans que presque tous les autres choix, y compris le beurre et le saindoux. Aujourd’hui, cette huile comestible typiquement canadienne est l’une des plus populaires et le produit de l’une des plus importantes cultures de plantes oléagineuses, non seulement pour des générations d’agriculteurs canadiens, mais aussi de toute la planète.

Categories: Récits
Recevez les dernières mises à jour
awards lined up
Recevez histoires et renseignements sur l’innovation directement dans votre boîte courriel!